Le Best-of des Jeux de société au Monde Du Jeu

Alors, alors, ce Monde du Jeu ?
Nous y sommes allés et nous avons testé pas moins de … 10 jeux ! Youhou !

Dans le lot du très bon, du bon du moins bon.

Un petit récapitulatif:

Tadaaam !

Nous avons commencé par un Tadaaam !, un petit jeu de dessin.
Le principe : on dessine par équipe de 2 ,  l’un dessine puis rabat le volet de la plaquette pour couvrir sa partie dessinée, puis passe l’ardoise à son partenaire qui dessine la 2eme partie sans savoir ce qui a été dessiné préalablement. Une fois terminée, les complices présentent leur dessin aux autres équipes et hop « Tadaaam ! » il faut deviner ce qui a été dessiné. Ca donne des choses plutôt cocasses car évidemment aucune concertation n’est autorisée, chacun peut choisir de dessiner la même partie d’un objet… qui une fois l’oeuvre révélée ne ressemble plus à rien!

Une fois qu’on est habitué les choses se corsent: on peut lancer une petite roue qui nous indique un handicap: dessiner l’oreille collé à la table, le feutre entre les coudes, sur ses genoux sans regarder…

C’est assez rigolo et ça change du Pictionnary ou encore du plus récent Identik.

7 Wonders

7 Wonders est un excellent jeu de gestion de mon auteur préféré: Antoine Bauza.

Nous avons eu la chance, que dis-je ? Le PRIVILÈGE de tester 7 Wonders sur un prototype puisqu’il n’est pas encore proposé à la vente. Comme son nom l’indique les sept merveilles du monde sont à l’honneur et chaque joueur doit en bâtir une dont il lui est attribué la responsabilité. C’est un jeu de cartes  basé sur le principe du draft: chaque joueur a 7 cartes en main, en choisit une et passe à son voisin, ensuite il récupère donc 6 cartes, et ainsi de suite. L’interaction se situe surtout au niveau des voisins directs (premier voisin à gauche et à droite), il n’y aura pas d’interaction direct avec le joueur d’en face.
Comme on pourrait s’y attendre pour un jeu de civilisation, 7 wonders devient très très riche tactiquement car il existe plusieurs moyens de gagner des points de victoire.
Par contre, là ou ça diffère, c’est qu’il peut se jouer jusqu’à 7 joueurs (ce qui est un chiffre rare Yipeee !) et qui surtout la partie s’enchaine plutôt rapidement : 30 minutes en moyenne !

Bien que nous ayons joué sur un prototype, il s’annonce également prometteur graphiquement (illustrations signées Miguel Coimbra). Tous ces ingrédients assurent le carton annoncé, il sortira pour Essen (fin Octobre).

A la carte

Ce qui nous a tout d’abord attirés c’est le matériel de jeu : waouh des vraies poêles en plastique, des fourneaux, des recettes, des épices !
Il ne nous en a pas fallu moins pour jouer à Master Chef, qui sera le meilleur des meilleurs ?

Le principe est simple, chaque joueur choisit une recette à effectuer, plus elle est difficile plus elle rapporte des points. Chaque recette demande des épices, pour mettre des épices dans sa casserole c’est pas si simple: on doit renverser le flacon d’épices d’un geste franc comme un vrai cuistot:les petites épices en plastique tombent dans la poêle,  si on dépasse le nombre  indiqué sur la recette, cette dernière est foutue ! La cuisson c’est pareil, on lance un dé pour augmenter le thermostat…nous risquons donc de cramer notre beau plat.

C’est rigolo,mais surtout pour les plus jeunes, à offrir à partir de 8 ans.

Intrigo

Intrigo c’est l’énorme bonne surprise de ce salon ! De 3 à 4 joueurs Intrigo se joue en 30 minutes et est ultra fluide. L’avantage est qu’on peut donc enchaîner quelques parties pour le plaisir sans faillir. Ce jeu de carte se base sur un principe de rivalités où chaque joueur incarne une famille influente de Venise qui devra pour gagner la partie devenir le nouveau Doge de Venise.

Ça, c’est le thème du jeu, ensuite résumer le mécanisme devient plus laborieux sur une petite note de blog puisque le système de jeu reste abstrait.  Toutefois cela ne gâche en rien et c’est notre deuxième coup de cœur de ce salon.

Compatibility


Compatibility (la réédition d’un jeu existant) est un bien sympathique jeu dont le principe est qu’il faut être en phase avec son partenaire pour marquer des points ! Nous jouons donc par équipes de 2, chaque joueur a un gros tas de photos dans la main, représentant un peu n’importe quoi : personnes,monuments, objets…

On tire une carte où se trouve un mot, les joueurs choisissent secrètement des photos (5 au départ, ensuite c’est décroissant selon les manches) qui selon eux correspondent au thème donné. Puis on découvre les photos et on marque les points équivalents si les joueurs ont choisi les mêmes.

Ça n’a l’air de rien mais c’est assez original, subtil et amusant ! Autre avantage: on en apprend beaucoup sur les personnes avec qui on joue :)

Djam

C’est un jeu de dés mais surtout un jeu de lettres. On choisit tout d’abord une carte référente sur laquelle il y a plusieurs thèmes (ça peut aller de la politique, à des boissons en passant par des animaux), on lance un dé qui désigne le thème de la manche, puis les autres dés qui révèlent des lettres de l’alphabet sur leurs faces. Un dé coloré indique la lettre par laquelle le mot doit commencer et les autres dés feront des points bonus si le mot trouvé contient les lettres qu’elles affichent.
Sympa mais sans plus

Pix

Pix est un jeu de pixel : on tire une carte et on doit représenter le mot en collant seulement des petites vignettes magnétiques représentants des pixels sur notre plaquette aimantée et quadrillée. L’idée n’est pas mauvaise, nous nous installons rapidement sur cette table vide (!).
Hélas, grande déception : le temps du sablier est 15 fois trop long, les mots sont parfois trop difficiles, finalement un jeu pas du tout équilibré. C’est censé être drôle mais au final on se prend la tête et/ou on s’ennuie.

Fictionnaire

Le jeu du Fictionnaire est une adaptation libre du jeu du dictionnaire que vous connaissez peut être déjà et que l’on peut jouer à la maison avec l’unique accessoire d’un dictionnaire.

Le principe ici est simple : un joueur désigné lit une question à voix haute sur une carte dont la partie inférieure est cachée. Il passe ensuite le paquet de cartes à son voisin. Le voisin va alors lire secrètement la réponse à la question posée puis décide soit de dire la vérité soit de proposer sa propre définition. Ainsi la carte passera entre les mains de tous les joueurs mais un seul aura dit la bonne réponses,les autres doivent faire preuve d’imagination ! Le 1er joueur devra alors désigner la personne qui selon lui a donné la bonne réponse et la répartition des points se fait. La véritable réponse est très souvent complètement farfelue et inattendue, ce qui laisse la porte ouverte à toutes les fenêtres ;) .

Jeu très rigolo et convivial, le jeu a le format d’un paquet de cigarette ce qui a l’avantage de pouvoir l’emmener partout (et non de le fumer). En revanche, le jeu s’épuise forcément très vite si l’on retient les réponses aux questions, la preuve en est que l’animateur devait passer son tour car il connaissait déjà bien trop de réponses (ce qui ne l’empêchait pas de participer et proposer des définitions rocambolesques )!

Le Donjon de Naheulbeuk

Encore un des hits de la rentrée ! Ce jeu reprend bien évidement la célèbre saga mp3 du même nom, puis de la série bande dessiné. Le pari d’en réaliser un jeu de société est osé puisque le « buzz », culte il y a 10 ans, s’essouffle un peu et on peut penser que le jeu souhaite seulement faire du bénéfice derrière un nom qui marche. Que nenni ! Le jeu reflète largement l’esprit du Donjon de Nalheulbeuk : Premièrement les créateurs ont eu l’intelligence de ne pas tomber dans le piège d’en faire un Dungeon Crawler, ensuite les actions à réaliser par les joueurs aventuriers sont aussi amusantes que ludiques. Par exemple effectuer un combat n’implique pas de dés, mais un énorme brouhaha entre les joueurs pour s’échanger des cartes qui permettraient de jeter des sorts en un temps très limité, bref c’est aussi chaotique que la série et on aime !

Nous avons eu malheureusement que l’occasion de faire la manche d’initiation, ce qui n’est pas réellement une partie représentative, nous n’avons donc vu qu’une facette du jeu, on attend donc d’en voir plus pour savoir si le jeu est sympa ou carrément dément.

Gosu

Un jeu de carte crée par un brillant Japonais fan de Magic (vous savez le jeu de carte qui faisait fureur au bancs des collèges).
Gosu y ressemble sur certains points mais diffèrent sur d’autres. Le but du jeu est de réunir la meilleure armée Gobeline et remporter 3 victoires. Pour cela, chaque joueur dispose de cartes qu’ils va pouvoir recruter en les plaçant devant lui (si, comme dans Magic). Le paquet de carte se décompose en 5 branches de Gobelins représentés par des couleurs différentes (oui-oui pareil) ayant leurs points forts et faiblesses.
Au fil de la partie, les armées grandissent, se disputent et une grande interaction s’effectue entre les joueurs. Et plus le joueur a l’expérience du jeu, plus il arrive à sortir des combinaisons relativement effrayantes pour le jeune néophyte qui découvre le jeu (un peu comme …).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Still quiet here.sas

Laissez un commentaire